ligne de psyche

La démarche

J.C. Lambert

C’est à une heure médiane
Qu’au Solstice d’été
Je lignais le sol de ces guerriers muets
Psyché des marches abrasives
Un temps ou l’inconnu dévore
Et l’indicible vous tait
Voyages imaginaires, ou vécus
Empreintes des temps forts
Sucs des créations à naître
Mémoire fagotés des impacts rencontrés
De pierres et d’Homme…
Les granits de Carnac
Le Labyrinthe de Borges
L’allée des géants de Tatin
Les sensuelles vallées de Corée
Les vagues du désert de Gobi
Le livre de Moore
Les jardins suspendus des Suds

Les frontières sans Frontières
L’Ocre de l’Equateur
Le Manifeste du Rio
La vase des pêcheries d’enfance
Les odeurs en parfum
Le souffle chaud des nuits Maliennes
La Liger de Thor chevauchée
L’écume salée de Bréhat
Les trahisons à faire pâlir le jour
Les observatoires Mythiques
L’arable matière
Le compas du grand Architecte
L’architectonique miroir de Gaudi
Les blanches pages de l’Autodidacte

Le Maître de l’heure n’existe pas
Brillant est le doute
Inaccessible est l’Etoile
Longue est la main de l’insignifiance
Ici, dans ce lieu ouvert et paisible Interroger l’Humain,
Comme une furieuse en Vie d’exister
De suggérer des réponses aux questions silencieuses
Tel un relais aux esprits nomades

Passez la Porte silencieuse

J.C. Lambert